Les élèves de la classe de madame Julie Ferland, de l’école secondaire des Hauts-Sommets à Saint-Jérôme, ont vécu une préparation de situation d’écriture bien différente.  L’objectif, se positionner sur l’impact  que le visionnement de capsules vidéos et d’une expérience en réalité virtuelle a eu sur l’empathie qu’ils avaient pour le quotidien de personnes non voyantes.

Divisés en 4 équipes, les élèves ont eu à participer à 4 stations de préparation différentes.

Station 1-une première station leur permettait de faire de la recherche sur deux personnes présentés dans activité soit, Marie Christine Ricignuolo et John. M. Hull les deux non-voyants qui leur sont présentés dans les stations suivantes.

Station 2– La deuxième station permettait aux élèves de visionner des capsules du Vlog de Marie-Christine Ricignuolo. Marie-Christine y raconte son quotidien de non-voyante et répond aux questions qu’elle reçoit fréquemment. Les élèves devaient visionner les capsules et remplir un questionnaire.

Station 3: munis de casque Oculus Quest, les élèves vivaient, dans cette troisième station, une expérience en réalité virtuelle qui leur permettait d’expérimenter la perte de vision que John M. Hull documenté. Les observations de M.Hull ont été adaptées en un documentaire intitulé Notes on Blindness qui peut être visionné en réalité virtuelle.

Station 4: Finalement, la dernière station permettait à l’élève de s’exprimer oralement sur divers sujets en lien avec la perte de vision. Ils devaient par exemple expliquer et justifier ce qu’y leur manquerait le plus. Leurs réponses étaient filmées et partagées avec leur enseignante pour obtenir de la rétroaction.

Après ces deux cours de préparation qui ont permis aux élèves de vivre chacune des stations,  il était maintenant temps d’accomplir la tâche d’écriture. Les élèves devaient maintenant se positionner sur l’impact que les vlogs ou la réalité virtuelle avait eu sur leur empathie envers les quotidiens des non-voyants et justifier ce texte à l’aide d’exemples vécus. Malheureusement, les élèves n’ont pas eu la chance de compléter cette partie du projet vu l’arrêt des classes, mais selon les propos recueillis lors de discussion avec les élèves, il est clair qu’ils ont beaucoup appris sur les non-voyants grâce aux différentes stations et ont bien apprécié le projet.