Le changement en milieu scolaire québécois

Je viens de terminer un livre qui, selon moi, devrait être obligatoirement lu dans toutes les universités où l’on forme les futurs enseignants et devrait, dans un monde idéal, être lu par les enseignants présentement en poste.

Le changement en milieu scolaire québécois c'est possible de Marc-André Girard
Le changement en milieu scolaire québécois c’est possible de Marc-André Girard

Il n’est pas toujours facile de faire bouger les choses. Que ce soit changer une tradition familiale rendue désuète ou trop compliquée ou un changement de vision d’entreprise, tout changement apporte une certaine résistance. Ce n’est pas différent dans le milieu de l’éducation.

Pourtant, le monde de l’éducation a la responsabilité de suivre le courant. L’objectif premier de l’école est de former les citoyens de demain. L’école doit donc évoluer et s’adapter afin que les élèves soient prêts à affronter ce que j’aime appeler vraie vie.

Pourtant, bien que l’école ait changé, un peu, le fonctionnement a peu changé. Écouter ma mère parler de son secondaire avec ma fille me permet de voir que l’école a en fait, très peu changé. Non, ma fille ne va pas à la pastorale le midi faire des activités et les profs ne fument plus en classe ou même dans le salon des enseignants. Nous avons maintenant un laboratoire d’informatique (si on est chanceux), ce que l’on n’avait pas. Mais le fond est resté le même. Les élèves sont assis à des pupitres, reçoivent le programme, étudient par coeur des concepts et passent des examens en silence… Bon, il ne faut pas généraliser. Certains profs, par chance, tentent d’innover, de laisser la place au travail d’équipe qui prépare l’élève à toute sorte de situations de résolution de problème. Certains profs laissent la chance aux élèves de laisser aller leur curiosité, d’explorer, de questionner… de ne pas être des moutons qui gobent tout ce qu’on leur dit. Ce n’est pas toujours mauvais non plus d’apprendre des concepts par coeur et de faire des examens en silence. L’important c’est l’équilibre!

Vous me direz: mais les jeunes aujourd’hui ne savent plus prendre des notes, ne savent plus s’asseoir tranquillement et écouter. Ils ne savent plus rien faire d’autre que d’être sur leurs bidules!

Source: Life Magazine
Source: Life Magazine

Ah oui? Et vous? À quand remonte la dernière journée complète où l’on vous a demandé de rester assis 6h, sans parler et à prendre des notes? À quand la dernière fois où vous avez assisté à une réunion sans parler à vos voisins? Avouez que vous même bavardez pendant vos réunions et regardez vos courriels sur votre cellulaire lorsque le cours est ennuyant.

Je ne comprends pas cet acharnement à vouloir que les jeunes soient assis en silence à écouter alors que nous ne demanderions ça à aucun adulte. Que faites-vous dans une journée? Vous consultez vos courriels, votre téléphone pour vos messages, vous discutez avec des collègues et oui, parfois, lors d’une réunion de temps en temps, vous prenez des notes pendant que quelqu’un vous explique… ça, c’est si vous travaillez dans un bureau car sinon, ça n’arrive peut-être jamais!

La plupart du temps, au travail, vous échangez, vous travaillez en équipe, vous réglez des problèmes, gérez des conflits de personnalités, rédigez des courriels, vous utilisez vos réseaux sociaux pour réseauter etc. Vous êtes un adulte qui, je l’espère, réfléchit avant de publier quelque chose sur les réseaux sociaux ou par courriel… vous l’avez sûrement appris à vos dépends sinon!

Il est important que nos jeunes puissent vivre la même chose. Et oui parfois, il faut se taire et écouter le patron, comme au travail 🙂 Mais pas 6h par jour, de grâce!

Cette vidéo, un extrait du film Breakfast Club, m’a bien fait rire et réfléchir. (la vidéo est en anglais seulement)

La technologie… pourquoi autant de résistance

Le ministre de l’Éducation a dernièrement publié qu’il allait donner du budget pour l’achat de tablettes… bon.. Est-ce que les tablettes sont l’outil idéal? Est-ce que c’est réaliste? Personnellement je me suis réjoui de cette direction technologique. L’idée de donner accès à un plus grand nombre de technologies possible pour les élèves est super. Ne vous méprenez pas, je me réjouis du mouvement et non de la méthode. Je ne suis pas certaine que l’achat de tablette réglera le problème ou même est la solution.

Ce qui m’a attristé c’est ce mouvement de révolte contre cette mesure. Des phrases du genre: les élèves ont besoin de plus de dictionnaires… euh… c’est qu’ils sont gratuits les dictionnaires sur internet… Le web regorge d’outils technologiques totalement gratuits! De superbes ressources pour l’éducation… et je lis des articles qui disent que tout ce dont un élève a besoin c’est d’un cours magistrale ainsi que d’un papier et un crayon pour prendre des notes… quelle tristesse. Moi même je décrocherais!

Je sais… il y a des toits qui coulent, pas assez de services… moi aussi je le vois ça… mais j’ai tout de même envie qu’on continue d’innover. Si on attend que tout soit parfait, on ne fera jamais rien.

J’espère cette année pouvoir ajouter plus de technologie avec mes élèves, plus de travail d’équipe et plus de projets. D’innover un peu chaque année. J’espère qu’ils vont rendre ma classe extrêmement bruyante. J’ai envie de LES entendre parler plus et de m’entendre parler MOINS! Être leur guide et non leur guru!

Bonne rentrée scolaire à tous!

Ps. Je vous ajoute une citation du livre qui m’a beaucoup plu.

Plusieurs enseignants craignent l’intégration des TIC à leur pédagogie, car leurs élèves en connaissent plus qu’eux sur ce plan. Cela est effectivement plausible. Cependant, un fait demeure: les élèves sont possiblement plus compétentes que leurs enseignants pour utiliser les médias sociaux, les iPad ou l’internet en général, mais ils ne connaissent absolument rien en pédagogie et ils ont besoin d’un professionnel pour intégrer les outils numériques à leur démarche d’apprentissage. En ce début de XXIe siècle, avec l’avènement des TIC, les enseignants ont perdu le monopole de la connaissance.

Le changement en milieu scolaire québécois, page 97


Note: Je m’efforce d’écrire dans le meilleur français possible. N’hésitez pas à me faire remarquer une coquille ou une faute. Même Antidote n’est pas parfait et la technologie ne remplace pas l’oeil humain 🙂 L’erreur sera corrigée promptement!

Share Button

Prendre en main son développement professionnel

J’entends souvent des gens dire que leur entreprise ou leur école ne leur offre pas de formation intéressante et c’est pourquoi ils ne sont pas allés à une formation depuis des années. Attendre la formation parfaite en ne faisant rien de son côté, c’est un peu comme se chercher un chum assis tranquillement à la maison et en attendant que le téléphone sonne… les chances sont minces!

La majorité des entreprises et des services de ressources humaines sont de bonne foi. Les gens qui organisent les conférences et les formations essaient de trouver des sujets qui pourront intéresser les employés. Il est, par contre, malheureusement vrai qu’on puisse passer des années sans se voir offrir une formation ou une conférence qui nous allume vraiment.

L’option de retour aux études n’est pas toujours une possibilité. Les études coûtent cher (quoi qu’il serait intéressant de vérifier auprès de votre employeur car plusieurs remboursent les études) et demandent du temps qui s’ajoute parfois à une vie familiale et une vie sociale déjà réduite vu les nombreuses heures de travail.

Mais choisir de ne pas se former du tout? Sur rien? Pour moi, c’est inconcevable. En tant qu’enseignante, je veux amener mes élèves à cette soif d’apprendre, cette soif de recherche continue de connaissances. Mon cerveau en a besoin comme mon corps a besoin de nourriture et d’eau. Je vous propose donc certaines options simples de formation continue dans cet article.

Les MOOC

De plus en plus d’universités offrent des cours en ligne, tout à fait gratuitement. En effectuant une recherche avec le terme MOOC, vous trouverez une panoplie de sites internet vous offrant des formations, en anglais et en français. Il y en a pour tout les goûts!

Certaines de ces formations ne sont pas nécessairement reconnues et ne pourront compter pour des études supérieures qu’avec certaines options payantes. Par contre, rien ne vous empêche de les inclurent dans votre curriculum vitæ. La section autre formation de votre CV sera alors garnie de cours et pourra démontrer à un futur employeur que vous êtes quelqu’un qui se tient à jour dans son domaine.coursera

Il vous est aussi possible de vous développer dans d’autres domaines de formation. Explorer les technologies, la philosophie, l’art… tout domaine qui vous intéresse. Les MOOC demandent habituellement peu de temps et sont souvent très flexibles. Les cours de types ouverts n’ont pas de date de début et de fin. Vous pouvez donc y aller à votre rythme. D’autres vous demanderont quelques heures par semaine. Les travaux demandés sont simples et ont souvent la forme de quiz à choix multiples ou de courts textes qui seront par la suite révisés par vos pairs.

Présentement, je suis quelques cours avec la plate-forme Coursera. Je me suis donc inscrite à un cours sur l’histoire de l’internet, un cours sur la dyslexie et un cours sur la programmation web tout à fait gratuitement. Les cours sont tous ouverts et je peux donc y mettre les heures que je veux.

Webinaire

Un autre exemple de formations ou de conférences rapides est les webinaires. Plusieurs entreprises vous offriront un webinaire gratuit pour vous présenter un outil. Par exemple, un nouvel outil en enseignement pourra m’être présenté gratuitement lors d’un webinaire en direct où je pourrai poser des questions. Un petit 30 minutes bien investi pour comprendre comment utiliser un logiciel.

D’autres conférenciers offriront leurs webinaires gratuitement également. J’ai pu assister à une conférence bien intéressante de M. Égide Royer sur l’école et les garçons cette année et une autre sur l’enseignement efficace de M. Steve Bissonnette. Il faut souvent s’inscrire pour ces webinaires et un courriel nous est envoyé. On peut alors écouter en direct ou, si c’est impossible, utiliser le lien archivé du vidéo pour écouter le vidéo à notre guise.

Il existe des webinaires de motivation, de ventes et marketing, de psychologie… les possibilités sont infinies!

Vous pouvez donc assister à une conférence directement dans votre salon et choisir un sujet qui vous intéresse. La conférence n’est pas intéressante? Choisissez-en une autre, c’est gratuit!

TED et autres vidéo

tedtalks2+logoLes TED Talk (en anglais mais avec sous-titres) peuvent être très intéressants. L’application web vous permet de choisir le nombre de minutes dont vous disposez et de choisir les sujets de votre choix et on vous propose une vidéo.

YouTube est également un site de recherche vidéo très intéressant pour continuer à se former par soi-même. Écoutez des tutoriels vidéo pour apprendre comment réparer vous-même votre machine à laver ou comment mieux étudier pour un examen. Il vous faudra, bien sûr, user de votre esprit critique dans vos choix de tutoriels. Tout le monde peut faire des vidéos de nos jours et il faut bien choisir nos sources. Mais avec un peu de recherche, on peut tomber sur de nombreux vidéos qui peuvent aider grandement. En programmation, je m’en sers régulièrement et lorsque j’utilise un nouveau logiciel, le visionnement de tutoriel m’est d’une grande aide. Je n’ai pas besoin que les services informatiques m’offrent une conférence sur l’utilisation d’un traitement de texte pour trouver moi-même des tutoriels très intéressants et qui me rendront plus efficace!

Les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sont une autre manière de se former. Se joindre à des groupes professionnels sur son Facebook ou sur son LinkedIn permet la lecture d’articles qui nous tiennent à jour dans notre domaine et aussi de prendre le pouls de ce qui se passe dans notre milieu de travail. Vous attendez pour un rendez-vous chez le dentiste? La lecture d’un article sur les stratégies marketing peut peut-être vous inspirer une nouvelle façon de faire!

Plusieurs groupes discutent également sur Twitter. Je participe parfois à des discussions d’une heure sur Twitter. Chaque semaine, un enseignant amène une question de discussion et de réflexion pédagogique et chacun y va de ses commentaires ou de ses idées. Beaucoup de partage et d’idées intéressantes et innovantes. Il existe certainement des conversations du même genre dans d’autres domaines!

Former les autres

Vous en avez marre des formations non pertinentes? Pourquoi ne pas vous trouver une équipe et monter vous-même une formation à offrir. Entourez-vous des bonnes personnes et faites-en la demande à votre employeur. Vous pouvez également participer à un colloque dans votre domaine et y offrir votre formation.

Préparer vous-même une formation est formateur! Rien de tel pour apprendre que de faire de la recherche, s’informer, questionner et ensuite l’enseigner!

Quel que soit votre choix de formation continue, toute formation apporte quelque chose. Il se peut que vous repartiez d’une formation en vous disant: je savais déjà tout ça… eh bien, c’est une belle révision! Il se peut aussi qu’un seul élément fût pertinent. Si celui-ci se répercute en une amélioration de vos compétences dans votre travail, ce fut une formation plus que pertinente!

Et vous, à quand remonte votre dernière formation? Que faites-vous pour continuellement alimenter votre cerveau?

Share Button